une grande jungle... mon coeur éperdu.

Publié le par anaka

Peinture à rebours et écriture miroir
sur plexiglas de 10 mm d'épaisseur, format 100cm x 55 cm.
Le texte est en écriture inventée, en "langue mère"...

anaka 2M9 ©


tu as mon cœur éperdu aleph                                                                           
     tu trouves ma cigüe douce d’ypres mélangée                                  
                     crois-tu en ce rêve d’aile
      où tu signes là sous son cerne
un pont suspendu te recueille au plus près                             
           
                          oui tu as dormi

                                                       au cœur de ce ligure amour
                                                 à ton retour que d’écloses  
en larges roses brunies de tes mots enflammés       

    
dans le nuage des choses                               

           le sillage d’un arome t’aquatienne à ma foi

                                       à l’heure qui m’étourdit d’effluves yvrotex             
                                                    l'enamore assermenté peut t’extraire du songe perdu
  
                                                           la mer a mon amer ami comme réfléchi

                                            de l‘ornement ceste toi en delicates liqueurs 
 en ton centre est l’oubli      

                                                                           
                             le centre nucléaire

  où les nostalgies murmurées flottent encore tout autour                                     

elles  suintent des feuilles poreuses                                                      
et des écorces lourdes de sèves engourdies                         


                              nébuleuse et bavarde
                   elle mistrale dans la bouche du cyclone

                                                                        en ton centre est le sens

                                                                              fille arbre amer devenir fort

                                                                l’ardeur a renchéri plume shazak
                                                             sans créer dest callioque
                                                          elle me confidence
                    de cette copédance mille ont prise
à plus que tout ne confluide d’un mur végétal              

naner espace prouve que cette luxuriance
                        large de nous à ce pas comme des piliers vivants
                            à but de seulement nous accueillir

la touffeur progresse à chaque esquisse
tu vis celle en esprend                                   
et tu sais                                                               
 oui                                                
    partir à libre qui t’a découvert

                                  il a le droit la mortine
                                                             le droit de croire sans rêver

                                                        rythme de la matrice
                                            une lueur déchire l’air
          attise la braise en galops rugueux
et ruades de géant                            

que devient le monde
                                        quand les corps arpentent les nuages ?

Publié dans plexiglas

Commenter cet article

salvatore sanfilippo 13/04/2009 14:31

très esthétique vous mariez avec gout le texte et l'image

pierre 19/02/2009 22:14

Tel un vitrail "Art Nouveau"
avec les mots qu'il faut
pour voyager à croupeton
sur les nuages.

jorge 19/02/2009 22:13

Avec les lianes souples de tes arbres attrape encore des nuages passagers, il en pleuvra des mots et peut être des couleurs inconnues

Maria-D 19/02/2009 22:07

mon coeur éperdu
bat la chamade
au son du tam tam

c'est si beau cet arbre totem

... 19/02/2009 17:30

...